Joint Commission International
(JCI) Accredited Hospital

CANCER: LE TABOU FREINE LE DÉPISTAGE PRÉCOCE

Avec 2 387 nouveaux cas de cancer enregistrés en 2014, la prévalence de la maladie à Maurice est préoccupante, selon la cancérologue Mokshda Dauharry-Gunness.

Alors que nous sommes arrivés à un stade où la survie est passée de 5 à 10 ans, elle est d’avis que la population ne devrait plus hésiter à opter pour des tests de dépistage, pour bénéficier d’un traitement précoce et de vaincre le tabou associé à cette maladie.

Le cancer est en hausse à Maurice. « Même si la situation est jugée préoccupante, elle n’est pas méchante », affirme la cancérologue Mokshda Dauharry-Gunness du ministère de la Santé. Et pour cause, cette « hausse » peut s’expliquer par les dépistages plus fréquents, notamment concernant le cancer du sein et du côlon qui présente des symptômes assez distinctifs : respectivement grosseur et saignement.

Dépistage précoce

Certes, les dépistages précoces sont en hausse, mais subsistent les craintes de faire face à la vérité. C’est pourquoi la cancérologue encourage la population à profiter des facilités disponibles dans les différents centres de santé à travers le pays pour augmenter ses chances de guérison. Qui plus est, le traitement est moins complexe.

Le Dr Ashraf Cadersa, chirurgien à l’hôpital Apollo Bramwell, abonde dans le même sens : un cancer dépisté très tôt est plus facile à suivre médicalement et peut même nécessiter moins de traitement, tout en augmentant les chances de guérison. « Un cancer dépisté à un stade avancé réduit les possibilités d’être soigné comme il se doit. » D’où les campagnes de dépistage, par exemple, car il y a des symptômes distinctifs qui indiquent qu’il y a un cancer qui se développe.

Facteurs de risques

Cependant, même si les causes ne sont pas déterminées, le cancer peut être inévitable et souvent attribué au vieillissement. Il y a aussi des facteurs de risques, parmi lesquels figurent le manque d’activités physiques, une mauvaise hygiène alimentaire, l’alcoolisme et le tabagisme. La cancérologue Dauharry-Gunness explique qu’un cancer peut être attribué à des agents cancérogènes ou à des bactéries, comme c’est le cas pour le cancer du foie et de l’estomac. Une exposition prolongée aux radiations ou aux rayons ultra-violets est une cause de cancer. À tout cela, il faut ajouter les facteurs héréditaires, ajoute le Dr Cadersa. Et comme souligné plus haut, un mode de vie sain peut diminuer de 30 % les risques d’avoir un cancer, affirme la cancérologue.

« Prevention is better than cure »

La population devrait surtout briser le tabou autour du cancer, souligne aussi le Dr Dauharry-Gunness. Un avis que partage le conseiller Emmanuel Maurice engagé dans l’accompagnement des malades dans diverses Organisations non gouvernementales.

On ne le dira jamais assez, « prevention is better than cure ». Et le tabou, la crainte de parler du cancer, empêche de faire face à la sittuation. Le Dr Cadersa recommande  des tests de dépistage précoce, une mammographie ou la palpation. Pour lui, toutes les femmes de plus de 40 ans devraient faire une mammographie, chaque année. « Le dépistage peut commencer avant l’âge de 40 ans, selon le choix du malade. Mais les symptômes tels qu’une grosseur au sein, un écoulement du mamelon et tout changement de la peau devraient être signalés à un chirurgien », dit-il.

Source: http://defimedia.info/cancer-le-tabou-freine-le-depistage-precoce-16873/  accessed on 05 February at 3:34.

Related medical services

Surgery (General, Laparoscopic, Thoracic, Bariatric and Metabolic surgery)

CENTRES OF EXCELLENCE

PATIENT TESTIMONIALS

Read more

Juste quelque mots pour vous remercie de votre acceuille chaleureuse, toujours competent avec les patients, surtout les infirmieres pediatriques, pour Sooreeta, Dr Kevin Teerovengadum, Dr Joomye, Mr Joe, Infirmiere Dorothe, ange gardienne Reshma et la chirurgienne Dr Reshma. Moi je suis fidele a l'hopital Apollo depuis 2009 par l'acceuil et leur sympathie. Je remercie tous les services. Meme ma fille, T., la patiente, elle veut pas quitte l'hopital.

M.S Abdallah
20.03.2017